[Travel] Au-delà de Rome / Rome and beyond

Voila encore deux mois que je ne poste rien. (Beaucoup) trop de travail avec une reconversion professionnelle à la clé, un voyage à préparer, une motivation en berne et surtout un manque cruel d’ordinateur qui fonctionne (la biére sur un clavier, croyez-moi ou non, ça ne fait pas bon ménage). BREF. Je suis de retour.

Two months gone without me writing anything. Too much work and a career transition to look forward to, a trip to plan, no motivation whatsoever and a cruel lack of working computer (believe me or not, computers don’t like beer poured on them). Anyway, I’m back.

Au mois de mai, je suis allé passer une semaine incroyable à Rome. Je n’étais pas complétement étrangére à la capitale puisque quand j’étais jeune, belle et fraîche, j’y avais passé quelques jours avec une colonie de vacances (je vous avais dit que j’étais jeune)… Mais 12 ans plus tard, autant vous dire que mes souvenirs n »etaient pas des plus vifs et c’est donc presque avec des yeux nouveaux que j’ai admiré cette ville. Au lieu de vous raconter jour par jour ce que j’ai fait (c’est long 7 jours), j’ai décidé de ne vous parler que de mes endroits favoris.

In May, I went to Rome for an incredible week. I was a little bit familiar with the capital because when I was young, beautiful and fresh, I spent few days there with a summer camp (I said I was young…). But 12 years later, let’s say my memories were not that vivid and it’s almost with new eyes that I admired this city. Instead of telling you what I did day by day (7 days is a long time), I’ll introduce you to my favourite places.

La Villa d’Este (Tivoli)

Alors oui, ce n’est pas exactement DANS Rome mais c’est un de mes lieux préférés donc permettez-moi de vous en toucher deux mots. Pour aller dans le village de Tivoli, il faut prendre un train depuis Rome Termini (la gare centrale) et rouler une petite heure dans la campagne puis la montagne (ces champs d’oliviers ! Ces fleurs sauvages ! Ces petites maisons en pierre !).

Yes, it’s not IN Rome but it’s one of my favourite places so let me talk about it. To go to the village of Tivoli, you need to take the train from Termini (central station) and ride for an hour through the countryside and mountains (these olive tree fields! These wild flowers! These small stone houses!). 

P1010592

La Villa d’Este fut construite au XVIème s. par le Cardinal d’Este, un des plus riches écclesiastiques de son temps (et pourtant toujours endetté). Il devint ensuite Gouverneur de Tivoli et posa ses valises dans un ancien couvent bénédictin du IXème s., lui-même construit sur le site d’une vieille villa romaine. Après des années de rasage de routes, de maisons et autres constructions des alentours, la Villa et ses jardins magnifiques virent le jour.

The Villa d’Este was built in the 16th C. by the Cardinal d’Este, one of the richest clergymen of his time (though always in debt). He then became Governor of Tivoli and established himself in a former Benedictin convent from the 9th C., the convent being built on a former Roman villa. After years of destroying roads, houses and other buildings around, the villa and its wonderful gardens were ready.

P1010651

Si la maison en elle-même ainsi que les vues depuis les terraces sont impressionantes, j’ai été soufflé par la centaine de fontaines qui parsème le jardin. De toutes les tailles, de toutes les formes, cachées ou à la vue de tous, ornées de sculptures ou brutes, les fontaines sont partout et l’eau, pure et fraîche, règne en maître…

If the house and the views from the terrace are incredibly beautiful, I was amazed by the hundreds of fountains in the garden. Every sizes, every shapes, hidden or exposed, sculpted or raw, the fountains are everywhere and the water, pure and fresh, reigns.

P1010633P1010607P1010614

J’y ai passé plusieurs heures à flâner au soleil, à regarder les poissons dans les bassins, à laisser courir mes doigts sur les pierres moussues, à m’imprégner de cette atmosphère chaude et incroyablement riche. La définition même de la dolce vita.

I spent few hours wandering in the sun, looking at the fish, touching the cold and slimy stones, soaking in all the good vibes of this magical place. I’m telling you, this is where they invented the dolce vita.

Le Cimetière des Non-Catholiques

Je sais ce que vous allez vous dire, cette fille est d’un morbide, toujours à radoter sur ses cimetières là… Ne vous laissez pas berner par son nom peu accrocheur, cet endroit est d’une beauté qu’il faut voir pour croire. Situé dans le quartier Testaccio, le cimetière des non-catholiques (ou protestant, ou anglais, ou des poètes et des artistes) a été ouvert officiellement en 1821. A l’époque, les juifs, orthodoxes, protestants et suicidés ne pouvaient pas reposer en paix dans la ville catholique et c’est hors les murs et de nuit qu’on les enterrait, pour éviter les scandales. On y retrouve donc les tombes de nombreux artistes (John Keats et Percy Shelley, les poètes et romanciers anglais, par exemple), des diplomates, des anonymes, tous étrangers et qui, pourtant, ont décidé de passer leur éternité dans la ville du même nom.

I know what you’re going to say, this girl is so macabre, always talking about her cemeteries… Don’t let yourself be fooled by its unflattering name though, this place is a beauty you have to see to believe. Situated in the Testaccio area, the Cemetery for the Non-Catholics (or Protestants, or for Poets and Artists) was officially open in 1821. At that time, Jewish, Orthodox, Protestant and other people who committed suicide couldn’t be buried in the city so they were put the rest there, at night, to avoid scandal. There, you can find tombs of several artists such as John Keats and Percy Shelley, the English poets and authors, diplomats, anonymous, all foreigners who decided to spend their eternity in this wonderfully quiet and pretty place.

P1010673P1010672P1010679

On se promène parmi les superbes sépultures sculptées, les cyprès et les pins gigantesques et centenaires, les roses et les herbes folles qui poussent partout, on n’entend plus un bruit si ce n’est un chat sauvage qui miaule et quelques cigales qui décident de chanter. Si j’habitais la magique mais stressante Rome, voila un lieu où je viendrais souvent respirer un bon coup.

You can walk through the superb sculpted stones, cypresses and gigantic pine trees, roses and wild flowers growing everywhere, there’s no noise except for a stray cat mewing and cicadas singing. If I were to live in the magical but stressful Rome, I think I’d spend a lot of time there. 

P1010681

Pyramide de Cestius

Quand on pense aux antiquités de Rome, c’est le Colisée, le Forum, les thermes et autres théâtres qui arrivent en tête. Mais saviez-vous qu’à Rome, on peut aussi trouver une pyramide ? Oui, une vraie, comme les égyptiens… mais en pleine ville italienne. Elle se trouve à côté du cimetière sus-nommé et il est difficile de la manquer.

When we think of Rome antiquities, it’s the Coloseum, Forum, thermal baths and other theatres that first come to mind. But did you know that in Rome, you can also find a pyramid? Yes, a real one, like the Egyptians… but in the middle of an Italian city. It’s just next to the above-named cemetery and very difficult to miss.

P1010667

Elle a été construite entre 12 et 18 av. J-C  (c’est très vieux) et on dirait pas comme ça, vu la blancheur éclatante de son marbre et sa condition parfaite. Incroyable qu’elle soit encore debout… Elle sert depuis de tombeau à Caïus Cestius, un magistrat et religieux (modeste, la dernière demeure). L’intérieur se visite deux fois par mois sur demande mais ça, je n’en savais rien. Mais ça fait partie de la magie des voyages, on ne peut pas tout savoir à l’avance, parfois le hasard fait bien les choses, parfois pas…

It was built between 12 and 18 BC (very old) and it doesn’t look like it as the marble is so white and in a perfect condition. Incredible to see it still standing… It’s used as a tomb for Caius Cestius, a magistrate and religious (very modest, this gentleman). You can visit the inside twice a month but that, I didn’t know… But that’s also part of travelling, you can’t know everything in advance, sometimes yo win, sometimes you lose…

P1010668

J’ai d’autres endroits à vous montrer. Rendez-vous dans un autre article !

I have other places to show you… in another article!

 

8 réflexions sur “[Travel] Au-delà de Rome / Rome and beyond

  1. Je prendrais bien 8m2 de cette pierre blanche immortelle pour faire ma terrasse…visiblement un gage de durée et de qualité!
    Blague mise à part, c’est magnifique…moi aussi mes endroits favoris sont ceux où il y a beaucoup de vert et peu de gens!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s