[Scotland] A la recherche de Jamie au Blackness Castle / Looking for Jamie in Blackness Castle

Parlons peu, parlons château. Mais avant d’aborder le sujet principal de mon article (qui est un château), je vais vous parler d’un autre… J’ai été publié par le fameux site French Kilt ! Si vous ne connaissez pas et que vous prévoyez de venir visiter l’Ecosse ou de vous expatrier, c’est sur ce site que vous devez aller. Les demoiselles du site ont très gentiment accepté mon article sur Eilean Donan Castle. J’en avais parlé un peu lors de mon road trip écossais, vous vous souvenez ? Bref. Je suis fière et j’avais besoin de le dire.

Let’s talk castle. But before I start, let me brag a little. You’ll never guess what… I’ve been published! The famous and great French website French Kilt published one of my articles about Eilean Donan Castle. I’m proud of myself so I needed to tell you.

Revenons à nos mouettes. Blackness Castle, je l’ai aussi découvert lors d’un road trip lorsque mes amies et moi avons décidé d’explorer la côte Est de l’Ecosse (le précédent s’était « contenté » de l’Ouest). Le château, si imposant et froid qu’on va plutôt parler de forteresse, est situé entre Edimbourg et Falkirk, non-loin de Linlithgow, sur la côte.

Let’s go back to our castle. I discovered Blackness Castle on another road trip with my friends when we decided to drive along the Scottish East coast. The castle, so huge and cold we’ll call that a fortress, is situated between Edinburgh and Stirling, not far from Linlithgow. 

IMG_2657

Blackness Castle est surnommé le « bâteau qui n’a jamais navigué » et en même temps, vu la taille et l’épaisseur du monument, il aurait coulé à pic direct. En vrai, c’est à cause de sa forme et de son emplacement les pieds dans l’eau… Il a été construit au XVème s. par une des familles les plus puissantes du pays, les Crichtons, et comme je ne les connaissais pas personnellement, je suis allé me renseigner… Figurez-vous que c’est une des plus anciennes baronies d’Edinburgh, on retrouve des traces de ce nom pas plus tard que le XIIème s., ils ont été proche de plusieurs rois et ont construit pas moins de 3 châteaux (parce que un, c’est jamais suffisant).

Blackness Castle is known as « the ship that never sailed », and when you see how heavy it looks, it seems appropriate. To be honest, it’s actually because of its shape and because it’s partially in the sea… It was built in the 15th C. by one of the most powerful families in Scotland, the Crichtons, and because I didn’t personally know them, I went to find out a bit more about them… They were one of the oldest baronies of Edinburgh, we can find trace of their name in the 13th C., they were close of several kings and built no less than 3 castles (because you can’t brag enough with just one castle).

IMG_2671IMG_2672IMG_2680

Tour à tour prison, dépôt d’arme et forteresse de garnison, Blackness n’a jamais été une résidence calme et accueillante. C’est dans la cour du château qu’a été filmé des scènes de la série TV Outlander. Blackness est censé être Fort William, le quartier général de Black Jack Randall, le bourreau du beau et sauvage Jamie.

Prison, garrison fortress and weapon warehouse, Blackness never was a peaceful and welcoming house. It’s in the courtyard of the castle that scenes from the TV series Outlander were filmed. Blackness is actually supposed to be Fort William, the head quarters of Black Jack Randall, the mad man who likes to torture the sexy and wild Jamie.

IMG_2684IMG_2668

J’ai eu beau crié son nom partout, pas de trace de Jamie…

I cried his name everywhere but still, no trace of Jamie…

IMG_2691

[Travel] Berlin, Ich liebe dich! / 3 days in the German capital (part 4)

Voici venue l’heure des adieux. Déjà. Après deux journées bien remplies (que vous pouvez retrouver , et même ), on s’est attaqué à la dernière journée dans la capitale, le tout sous un soleil franc mais toujours aussi froid.

It’s time to say goodbye. Already. After 2 busy days (that you can find here, here and even there), we started our last day in the capital under a big bright (but still cold) sun.

On a commencé avec Kollwitzplatz parce que notre guide le conseillait. Un marché hebdomadaire, une petite place entourée de beaux immeubles… On a rien eu de tout ça. En ayant vu des photos plus tard, il est vrai que ça a l’air sympa… en été. L’hiver, on passe son tour et on va plutôt au Volkspark Friedrichshain quelques kilomètres plus loin, même si là aussi ça doit être vraiment plus joli en haute saison. C’est le premier parc berlinois ouvert au public en 1846 et son point central, c’est le Märchenbrunnen, une fontaine immense entourées de statues de personnages des Frères Grimm… qui étaient sous abris quand on y est allé. Poiiiisse.

We first went to Kollwitzplatz because our guide book was advising it. A daily market, a small square surrounded by beautiful buildings… We saw nothing of that. I saw pictures of it later and to be honest it looks super nice… in summer. In winter, go to Volkspark Friedrichshain instead, it’s not far and it’s lovely, even though it must be nicer during the high season too. It was the first Berlin park open to the public in 1848 and its main attraction is Märchenbrunnen, a huge fountain with statues representing characters from the Grimm Brother’s fairy tales… which were sheltered because of the cold, I guess. No luck whatsoever.

IMG_3096

De là, on a prit le tram (le froid intense commence à entamer le moral et les pieds) et on est allé voir le fameux Oberbaumbrücke, un beau pont tout de brique rouge que tous les touristes photographient quand un train jaune passe dessus. Je n’ai pas échappé à la règle, pensez-vous… Quand le Mur était encore là, il servait de passage aux piétons pour traverser la frontière. Maintenant, il relie les deux moitiés du quartier Friedrichshain-Kreuzberg.

From there, we took the tram (the intense cold starts wearing out the moral and the feet) and went to see the famous Oberbaumbrücke, a beautiful bridge made of red bricks that every tourist has to take a picture of when a yellow train passes. It’s almost a rule. I was that tourist too. When the Wall was still standing, the bridge was a place to cross the borders for pedestrians. Now, it links the two halves of Friedrichshain and Kreuzberg. 

IMG_3106IMG_3113IMG_3116

Le quartier Kreuzberg où se situe aussi… le Ramones Museum ! Les Ramones, le groupe punk américain icônique, le « Hey! Ho! Let’s go!« , les jeans ultra troués, les riffs de guitare et la batterie, vous voyez ? Ce musée est unique au monde, fondé par un ultra fan qui a collecté toute sa vie tout ce qui était relatif au groupe new-yorkais. Et en étant fan nous-même, on ne pouvait qu’y aller. Et si vous ne connaissez pas ou que vous vous en foutez royalement mais que vous êtes dans le coin, allez y boire un café, l’ambiance y est vintage et rock’n’roll.

In Kreuzberg there’s also… the Ramones Museum! The Ramones, the iconic American punk band, the « Hey! Ho! Let’s go!« , the ripped jeans, the crazy guitar and drums, you know? This museum is the only one in the world, created by a big fan who collected their stuff all his life. Being fans ourselves, we had to go and that wasn’t a disappointment at all. Also, if you’re not interested, you should go to their coffee shop. Vintage and rock’n’roll, can’t ask for more. 

IMG_3108IMG_3109IMG_3110

Après cet arrêt culturel, on s’est dirigé vers la rivière Spree que l’on a remonté (lunette de soleil sur le nez) jusqu’aux Molecule Men, une sculpture en métal de 30m de haut, représentant des hommes se battant/luttant/dansant (vous voyez quoi, vous ? Moi, j’ai pas compris).

After this cultural stop, we went to walk along the river Spree until we reach the Molecule Men. It’s a 30m-high metal sculpture representing men fighting/struggling/dancing (what do you see? I didn’t get it at all).

IMG_3118IMG_3123

Après toute cette marche, croyez-moi ou non, on a encore marché pour aller au Treptower Park. Là se trouve le Mémorial aux Soviétiques. Durant la Seconde Guerre Mondiale, 80 000 soldats soviétiques ont perdu la vie en tentant de capturer Berlin. Le parc est immense, froid (aucune envie de gambader dans l’herbe grasse) et d’un calme absolu.

After all this walking, believe me or not, we walked some more in direction of Treptower Park. There stands the Soviets Memorial. During WWII, 80 000 Soviet soldiers died while trying to capture Berlin. The park is huge, cold (no frolicking in the lush grass, I’m telling you) and very quiet. 

IMG_3126IMG_3127

Notre dernière étape touristique fut la fameuse East Side Gallery. Avec 1 316m, cette section du Mur de Berlin est la plus longue de la ville toujours debout mais aussi la plus longue gallerie à ciel ouvert au monde. 105 peintures murales ont été faites là, du côté Est du Mur, en 1990. Toutes représentent à leur manière les négociations et la paix revenue. Comme un slogan le dit sur une de ces oeuvres : « Beaucoup de petites personnes, dans de petits endroits, font beaucoup de petites choses, et peuvent changer la face du monde ». Incontournable, beau, émouvant et profond.

Our last touristic stop was the famous East Side Gallery. This section of the Wall is 1 316m-long and is the biggest open-air gallery in the world. 105 paintings were done there in 1990, on the East side of it. All of them, in different styles, represent negotiations and peace. On one of the works, a slogan reads: « Many small people, in many small places, do many small things, can alter the face of the world ». Unmissable, beautiful, deep and moving. 

IMG_3130IMG_3132IMG_3133IMG_3134

Ainsi se termine nos aventures berlinoises… Avez-vous déjà visité cette ville ? Que me conseilleriez-vous d’y voir lors d’un prochain passage ?

And here is the end of our Berlin adventures… Have you ever visited this city? What would you advise me to see next time I go?

[Travel] Berlin, Ich liebe dich! / 3 days in the German capital (part 3)

Dans mon dernier article, je m’étais arrêté en plein milieu de notre deuxième journée. Prêt ou non, on y retourne ! Après avoir laissé derrière nous Rotes Rathaus et la TV Tower, c’est vers Nikolaiviertel que l’on s’est dirigé. Le quartier Nikolai avait été construit au XIIIème s. mais comme 50% de la ville, il fut rasé lors des bombardements de la Seconde Guerre Mondiale. Reconstruit presque à l’identique entre 1981 et 1987, il abrite maintenant des cafés, restaurants et petites boutiques dans de jolies maisons de poupées, le long de petites rues étroites et pavées. Vraiment mignon même si je l’avoue, j’aurais préféré voir les tavernes et les boutiques d’artisans de l’époque médiévale.

In my last article, I stopped half way through our second day. Ready or not, let’s go! After leaving behind us Rotes Rathaus and the TV Tower, it’s Nikolaiviertel that we went to see. Nikolai quarter was built in the 13th C. but like 50% of the city, it was bombed during WWII. Rebuilt almost identically between 1981 and 1987, it now hosts coffee shops, restaurants and small shops in dollhouse-like buildings along narrow cobbled streets. Really cute even though I have to admit I wish I could have seen taverns and craftsman’s shops from the Middle-Age. 

IMG_3050IMG_3053IMG_3054

En route (toujours à pieds !), de jolis points de vue et des signes d’un autre temps…

On the way (still walking!), nice panoramas and signs from another era…

IMG_3062IMG_3063

Sur Bebelplatz se tient l’immense St.-Hedwigs-Katedrale, construite au XIIIème s. pour la communauté Catholique grandissante. Avec son gros dôme, elle ressemble fortement au Panthéon de Rome. Bebelplatz est aussi tristement connu pour avoir été le témoin d’un autodafé en 1933, 20 000 livres ont été brûlés là par des National Socialistes et des étudiants de l’université Humboldt. Ils savaient comment s’amuser à l’époque.

On Bebelplatz stands the huge St.-Hedwigs-Katedrale, built during the 13th for the growing Catholic community. With its big dome, it really looks like the Pantheon in Rome. Bebelplatz is also sadly known for having see an autodafé in 1933, 20 000 books were burnt there by National Socialists and students from Humboldt University. They knew how to entertain themselves back then.

BebelplatzIMG_3065

Le boulevard Unter Den Linden (aussi connu sous le nom de « Champs-Elysées berlinois »), qui commence à la Brandenburger Tor et finit au Berliner Dom, est considéré comme le Berlin artistique et culturel. Effectivement, le long de la longue route s’alignent de magnifiques monuments classiques comme le Neue Wache (le mémorial national de la République fédérale allemande pour les victimes de la guerre et des dictatures – le nom le plus long pour un mémorial), la statue équestre de Frédéric le Grand et autres bâtiments/immeubles qui doivent coûter un bras, un rein et ma future retraite.

The boulevard Unter Den Linden (also known as the Berlin « Champs Elysées »), starting at Brandenburger Tor and finishing at the Berliner Dom, is considered as the artistic and cultural Berlin. Indeed, the long road is lined with beautiful classic buildings like Neue Wache (the national memorial of the federal republic of Germany for the victims of war and dictatorship – the longest name ever for a memorial), the equestrian statue of Frederich the Great and other buildings that must cost an arm, a kidney and my future pension. 

IMG_3070IMG_3071

Gendarmenmarkt est considérée comme la plus belle place de Berlin. Elle est bordée par des bâtiments du XVIIIème et XIXème s. tels que Schauspielhaus (salle de concert) et la Französische and Deutsche Dom (cathédrale française), toute belle avec son gros dôme et ses dorures qui luisent au soleil (les dômes et le soleil semblent être des termes récurrents dans mes articles).

Gendarmenmarkt is considered the most beautiful square of Berlin. It’s bordered by buildings from the 18th C. and 19th C. such as Schauspielhaus (concert hall) and Französische and Deutsche Dom (French cathedral), all pretty with its big dome and shining golden details (domes and sun seem to be the only things I talk about on this blog).

IMG_3082IMG_3077IMG_3079

Et puis on a encore marché et marché (les kilomètres ne nous font pas peur mais en vrai, c’était pas si loin) pour arriver à ce que je considére être mon endroit préféré à Berlin, la Karl Marx Allee. Construite entre 1952 et 1960 et large de 90m, cette route est flanquée d’immeubles massifs au style définitivement Soviétique (pas pour rien qu’elle s’appellait Stallinallee avant 1953). D’ailleurs, tous les bâtiments sont tournés vers Moscou. Je ne sais pas vraiment ce qui m’attire, peut-être juste toute cette histoire qui irradie du béton…

And then we walked some more (we ain’t afraid of miles! To be honest, it wasn’t that far…) and we arrived at what I consider to be my favourite place in Berlin. Karl Marx Allee. Built between 1952 and 1960 and 90m wide, this road is flanked by some massive buildings in a very Soviet style (the road was called Stallinallee before 1953, surprise surprise). Moreover, all the constructions are turned towards Moscow. I don’t really know why I like it so much, maybe just the history that irradiates from the concrete… 

IMG_3086IMG_3087IMG_3090IMG_3099IMG_3137

On a terminé cette riche journée sur Alexanderplatz, une place riche d’histoire(s); terrain d’exercice et de parades militaires puis marché de producteurs locaux jusqu’en 1850, elle vit l’apparition d’une énorme gare en 1882. Plus de 100 ans plus tard, juste avant la chute du Mur de Berlin, des marches pacifiques contre le régime Est allemand culminaient là. Maintenant, on y fait ses courses avant de rentrer chez soi en train. Sacré changement.

We ended our productive day on Alexanderplatz, a square full of history/stories. Exercise ground and military parade then market for local farmers until the 1850s, it saw the apparition of a huge train station in 1882. More than 100 years later, just before the fall of the Berlin Wall, pacific marches against the East German regime culminated there. Now, you’re there to do your shopping before taking the train to go back home. What a change. 

IMG_3093

[Travel] Berlin, Ich liebe dich! / 3 days in the German capital (part 2)

Nous voila déjà au 2ème jour de notre aventure berlinoise. Comme je vous en avais fait part dans un autre article, une chose que j’aime peut-être plus que de visiter, c’est prendre mon temps et marcher au hasard des rues, presque comme une native. C’est ce que nous avons fait avant de nous rendre dans le quartier Mitte. C’est fou tout ce qu’on peut voir quand on ne prend pas le train toutes les 5 minutes et qu’on lève le nez de sa carte…

Here comes the second day of our Berlin adventure (or should I say half the day). As I was already telling you in another article, one thing that I love as much as visiting is to take my time and wander in the streets, almost like a native. That’s what we did before going to Mitte area. Crazy the number of nice things you can witness if you stop taking the train every 2mn and look up from your map…

IMG_3002IMG_3004IMG_3007

On peut même tomber sur des joyaux étincellants, comme ici la Neue Synagogue construite au XIXème s. et ressemblant à l’Alhambra (Grenade, Espagne).

You can even find some shining jewels like here, the Neue Synagogue built in the 19th C. and looking like the Alhambra of Grenada (Spain).

IMG_3011

On ne peut pas rater le quartier de Mitte ou alors il faut vraiment le faire exprès. Toutes les plus « grosses » attractions (et ça ne veut pas dire les plus intéressantes) sont situées dans cette zone. Ça tombe bien, c’est là qu’on doit rester en cette matinée ensoleillée (et incroyablement froide, -8­°C au compteur, arggh). Premier arrêt, le DDR Museum. Très intéractif (vidéos, objets qu’on peut toucher, jeux, musique…), le musée nous en apprend énormément sur la vie en Allemagne de l’Est entre 1949 et 1990. Vie quotidienne, politique, construction du Mur, Stasi (police politique)…, tous les sujets sont couverts. Ma partie préférée, prendre un vrai/faux ascenseur (terrifiant) pour visiter un appartement des années 70 (ohh, cette tapisserie <3).

Mitte is unmissable or else you’re doing it on purpose. All the « biggest » attractions (and it doesn’t mean the best) are situated within that area. Good for us because that’s where we’re staying on that sunny morning (and incredibly cold, -8­°C, uggh). First stop, the DDR Museum. Very interactive (videos, objects you can touch, games, music…), the museum teaches us a lot about life in East Germany between 1949 and 1990. Daily life, politic, building of the Wall, Stasi (politic police)… every matters are depicted. My favourite part, getting into a real/fake lift (terrifying) to visit a flat from the 70s (that wallpaper <3).

IMG_3024IMG_3025IMG_3026

Après ça, direction la cathédrale de Berlin (qui est juste en face du DDR Museum). Une église se tenait déjà là au XIVème s. et ce n’est qu’au XIXème s. que les prussiens l’ont transformé en bâtiment néo-classique. Mais une dizaine d’années plus tard, la mode avait changé et l’empereur de l’époque (ce bon vieux Friedrich Wilhelm II) ordonna la construction d’une église monumentale montrant le pouvoir et le prestige de la monarchie impériale. Terminée en 1905, elle est la réponse de Berlin aux cathédrales St Pierre de Rome et St Paul de Londres.

After that it’s Berlin Cathedral we’re going to (just in front of the DDR Museum). A church was already there in the 14th C. and it’s only during the 19th C. that the Prussians turned it into a neo-classical building. But 15 years later, fashion had changed and the emperor (the good ol’ Friedrich Wilhelm II) ordered the construction of a huge church showing the power and prestige of the imperial monarchy. Finished in 1905, it’s Berlin’s answer to St Peter’s in Rome and St Paul’s in London. 

IMG_3015IMG_3034IMG_3038

Je vous l’annonce sans préambule, nous n’avons visité aucun des 5 musées de la Museum Island. J’imagine déjà les cris de surprise et les regards attérés… Mais a) 5 musées dans une journée, ça fait beaucoup, b) surtout qu’on venait d’en voir un juste avant, c) il n’y en a aucun qui nous donnait envie au point de dépenser nos euros, d) il faisait tellement beau que ça aurait été dommage de rester enfermer, e) le reste de la ville nous attendait, f) pourquoi est-ce que je continue à m’expliquer ? Mais j’ai pris des photos quand même, je ne suis pas un monstre.

I’ll tell you straight away, we haven’t visited any of the 5 museums situated on Museum Island. I can imagine your cries of surprise and your disapproving looks… But a) 5 museums in a day is a lot, b) and we already had visited one, c) none of them was appealing enough to spend our euros there, d) the weather was lovely and that would have been a shame to stay inside, e) we also wanted to see the rest of the city, f) why am I still explaining myself? But I took pictures, I’m not a complete monster. 

IMG_3029IMG_3033

De là, nous avons rejoint la TV Tower aussi connue sous le nom Fernsehturm mais je ne parle pas allemand alors abstenons-nous. Inaugurée en octobre 1969 peu après les 20 ans de la RDA, la tour de 368m était censé être la preuve de la supériorité du régime communiste. Elle est maintenant le symbole de Berlin et elle me fascine (je ne sais pas vraiment pourquoi, son côté rétro peut-être ?).

From there, we went to the TV Tower also known as Fernsehturm but I don’t speak German so I won’t try. Inaugurated in October 1969 shortly after DDR’s 20th anniversary, the 368m high tower was supposed to be the proof of the superiority of the communist system. It’s now the symbol of Berlin and it fascinates me (don’t know exactly why, maybe its retro look?).

IMG_3046

Sur la place en face de la tour se dresse une fontaine magnifique représentant le dieu Neptune entouré de 4 femmes, les 4 fleuves de la Prusse. Juste à côté se dresse Rotes Rathaus. Le bâtiment couleur ocre a été construit au XIXème s. dans le style Renaissance avant de devenir la mairie de Berlin-Est. En 1991, il devient le siège de l’administration de la ville réunifiée.

On the square in front of it is a wonderful fountain representing the god Neptune surrounded by 4 women, the 4 rivers of Prussia. Just next to it is Rotes Rathaus. The red building was built in the 19th C. in a Renaissance style before becoming the town hall of East Berlin. In 1991, it became the headquarters of the administration for the unified city.

IMG_3045IMG_3047

Voici donc ce que nous (=duo de choc/équipe formidable) avons fait en à peine une demi-journée et sans courir ! Comme dirait l’autre, la suite au prochain numéro.

Here’s what we did in just half a day, and without even hurrying up! Next article coming soon…

[Travel] Berlin, ich liebe dich! / 3 days in the German capital (part 1)

Berlin, mon amour ! Il m’aura fallu très peu de temps pour tomber sous le charme de la capitale allemande. 3 jours et c’était déjà l’amour fou. Berlin faisait partie de ces villes qui, au fil des ans, me donnaient de plus en plus envie et quand j’ai enfin eu la possibilité d’y aller, j’ai juste foncé. Venez, on va visiter…

Berlin, my love! I didn’t need a long time to fall in love with the German capital. 3 small days and here I am, heels over head. Berlin was one of these many cities I wanted to check out, my interest growing with the years passing. Come, let’s visit it together…

C’est vers le Bundestag que nos pas (gelés) nous ont d’abord mené, tout simplement parce qu’à midi, nous y avions rendez-vous. Un rendez-vous pour visiter l’intérieur et le dôme du parlement gratuitement, rien que ça. Anciennement appelé Reichstag (Reich = Empire), le bâtiment est majestueux, classique et imposant de l’extérieur, moderne et artistique à l’intérieur. La « guide » (qui n’en n’était pas vraiment une) était d’un ennui mortel (et plutôt bizarre si vous voulez mon avis) mais j’ai quand même réussi à apprendre quelques faits historiques et politiques. Le clou du spectacle est le dôme en verre avec vue à 360° sur la ville. Magique.

On the first (freezing) day, we started with the Bundestag, not only because it’s one of the most famous building of the city but also because we had an appointment. An appointment to visit the inside and the dome of the parliament for free! Previously called Reichstag (Reich = Empire), the building is huge, classical and imposing from outside and very modern and artistic inside. The « guide » (who wasn’t one and quite frankly, was pretty weird and boring) managed to give us some interesting historical and political facts. But the highlight was the dome made of glass and offering 360° views over the city. Magical.

IMG_2969IMG_2975IMG_2976IMG_2979

A une centaine de mètres de là se dresse la Brandenburger Tor. Construite à la fin du XVIIIème s., elle est en ruine après la Seconde Guerre Mondiale et reconstruite quelques années plus tard. Elle est le symbole de Berlin mais aussi de sa division pendant presque 30 ans, en effet elle faisait partie intégrante du « mur de la honte »… Quand on passe la porte, on suit les traces des empereurs, les seuls qui avaient droit de passage dessous. J’ai toujours su que j’avais du sang royal…

Not far from it is the Brandenburger Tor. Built at the end of the 18th C., partially destroyed after WWII, it was rebuilt few years later. It’s the symbol of Berlin but also of its division as the gate was part of the Wall for almost 3 decades… Back in the time, only the emperor was allowed to walk through this gate. I always knew I had some royal blood…

IMG_2984

Après notre tout premier currywurst berlinois (saucisse recouverte de sauce tomate et de curry – qui aurait pu penser que c’est en fait délicieux ?), c’est l’émouvant et immense Mémorial de l’Holocauste que nous sommes allés voir. 2 711 stèles de béton sont disposées sur un sol inégal qui monte et descend, les blocs sont lourds et imposants, les allées rectilignes, on sent le malaise monter. Cette oeuvre représente un système supposé ordonné mais qui a perdu contact avec la raison humaine. Mission accomplie.

After our very first currywurst (a sausage covered in tomato sauce and curry powder – who knew it could be that good?), it’s the huge and moving Holocaust Memorial we went to check out. 2 711 blocks of concrete are set on an uneven ground, the stelae are heavy and imposing, the grid pattern makes you feel uneasy quite quickly. This memorial represents a supposedly organised system that lost touch with humanity. I can tell you, mission accomplished. 

IMG_2988IMG_2990

En chemin, on tombe presque par hasard sur la Potsdamer Platz. Le changement est radical. D’historique et ancienne, la ville est devenue soudainement très urbaine et agitée. Véritable no man’s land durant la Guerre Froide, la place était scindé en deux par le Mur de Berlin. Après la réunification, de nombreux immeubles à l’aspect futuriste ont été construits, notamment le Sony Centre (qu’on a trouvé en cherchant des toilettes…). Moi qui ne suis pourtant pas attiré par tout ce qui est trop moderne, j’ai adoré tout ce métal et ce verre sur lequel le soleil froid se reflètait. 

After another small walk, we arrived at Potsdamer Platz. And what a change! The city went from old and historical to very urban and busy. During the Cold War, the square was cut in two by the Wall. After the reunification, a lot of futuristic looking buildings were built there, like the Sony Centre (that we luckily found while wandering for toilets…). I’m usually not a big fan of very modern stuff but I really loved all this metal and glass, the cold sun reflecting on it. 

IMG_2991IMG_2993

Pour finir cette journée en douceur (#humourpourri), nous sommes allés visiter Topographie des Terror. Siège des quartiers généraux de la terreur nazie entre 1933 et 1945, le bâtiment abrite maintenant une exposition gratuite sur les horreurs perpétrées ou encore l’histoire de l’eugénisme. On sait tous que l’histoire de l’Allemagne est lourde mais y être et le voir de ces propres yeux, c’est autre chose. Dehors, un morceau du Mur de Berlin resté intact… 

To nicely end the day (#whatadarkhumourihave), we visited Topographie des Terror. Between 1933 and 1945, it was the headquarters of the nazie terror. Now, the building hosts a permanent and free exhibition about its dark past, the atrocities, eugenic’s history… We all know Germany’s history is heavy but being there and seeing it with your own eyes is different. Outside, there’s still an intact piece of the Wall… 

IMG_2995

Un mur qui nous conduit bien entendu jusqu’au fameux Checkpoint Charlie. Ce poste-frontière permettait de passer à l’Est ou à l’Ouest durant la Guerre Froide. Pendant la construction du mur en 1961, les chars et soldats des deux camps se sont fait face pendant 3 jours, se demandant sans doute à quel moment aller commencer la nouvelle guerre. Maintenant, de faux soldats américains et un McDonald’s sont postés là…

From there, we went to the (un)famous Checkpoint Charlie. During the Cold War, it was one of the gates between East and West. When the Wall was being built there in 1961, tanks and soldiers faced each other for 3 days, waiting for another war to start. Now, fake American soldiers and a McDonald’s stand there…

IMG_2998IMG_3000

[Scotland] Dean Village ou Le quartier d’Edinburgh perdu dans le Temps

La première fois qu’on arrive à Edinburgh, on est soufflé. La ville est incroyablement belle, imposante, majestueuse. Combien de fois j’ai entendu dire qu’on se croirait dans un conte de fée… Avec tous ses vieux monuments, ses collines, son château, elle a tout simplement l’air figé dans le temps. Mais le nombre de touristes, la circulation et les magasins de souvenirs qui jonchent ses trottoirs font vite revenir à notre siècle. Si, comme moi, vous aimez la tranquilité, les vieilles pierres et les cours d’eau, ruez-vous à Dean Village.

The first time we get to Edinburgh, we pretty much all have the same reaction, blown away. The city is particularly beautiful, imposing, majestic. How many times have I heard it looks like a fairy tale? With all its old monuments, its hills, its castle, it just looks stuck in time. But the number of tourists, the traffic jams and the souvenirs shops all along its pavements are there to remind you this is definitely the 21st C. If like me you love some peace and old stones, Dean Village is for you.

IMG_2914

Ne vous fiez pas à son nom. Dean Village n’est pas vraiment un village mais plutôt un quartier d’Edinburgh. La preuve, il est seulement situé à 5mn à pieds de Princes Street, la rue principale et agitée de la ville. 

Dean Village is not really a village, more like an area in Edinburgh. Proof is, it’s only 5mn away from the busy Princes Street.

IMG_2917

Quand j’y suis allé la première fois, il pleuvait abondamment (un phénomène plutôt rare en Ecosse) et il n’y avait PERSONNE (un bonheur après avoir slalomé entre des centaines de personnes). Ce qui m’a alors frappé, c’est cette sensation que le temps s’était figé là. En regardant toutes ces vieilles maisons en pierre, les arbres dénudés, la rivière Water of Leith qui courait rapidement au milieu, c’était comme si on avait fait un bond d’un siècle ou deux dans le passé. Ou que les habitants s’étaient tous enfuis pour je ne sais quelle raison et qu’on avait gardé le village dans cet état, pendant tout ce temps. 

When I went there the first time, it was raining (a pretty rare phenomenon here in Scotland) and there was no one (that’s what I call happiness). What struck me then is how stuck in time it looks. Old stone houses, leafless trees, the river Water of Leith crossing the village, it feels like we’re now a hundred years ago. Or that all the population disappeared suddenly and it was preserved like that since then. 

IMG_2912IMG_2922IMG_2926IMG_2939

Fondé au XIIème s. par des religieux, le village a prospéré pendant des centaines et des centaines d’années. A son apogée, 11 usines travaillaient là, aidées par les moulins à eau. 

Founded in the 12th C. by monks, the village was prosperous for hundred of years. At its peak, 11 factories were working there, helped by the watermill. 

IMG_2924

Après avoir passé le pont (comme la chanson… Mais si, Brassens !), on se retrouve vite devant Well Court. Construit dans les années 1880, cet ensemble de petits immeubles avec une court centrale abritaient les travailleurs locaux. 

After crossing the bridge, we find ourselves in front of Well Court. Built in the 1880s, this assembly of small buildings with a central courtyard was hosting local workmen and their families.

IMG_2928IMG_2935IMG_2936IMG_2937

La balade nous conduit ensuite le long de la rivière. Des arbres géants, des roches sombres, le tumulte de l’eau, des vues incroyables… Cet endroit serait sûrement mon endroit préféré pour faire mon jogging. Si j’habitais à Edinburgh. Et si je faisais du jogging.

The walk then lead us along the river. Giant trees, dark rocks, the noise of the running water, incredible views… This is probably where I’d go to do my jogging. If I were living in Edinburgh. And if I’d like jogging.

IMG_2947IMG_2950

[Life] 2018, et moi, et moi, et moi

Et si, pour changer, mon tout premier article cette année était complètement différent du reste ? Je ne suis pas fan des rétrospectives, revenir sur les choses du passé me stresse plutôt que me rassure, je suis toujours insatisfaite et compare ma vie à celle des autres (et c’est tout pourri, faut pas le faire, pas bien). Donc pas de « Voici ce que j’ai fait en 2017 » mais plutôt un « Voici ce que je devrais faire en 2018 ».

Je n’ai pas vraiment de résolutions, tout le côté « new year, new me » me laisse indifférente. Je ne me suis personnellement pas sentie différente en me levant le 1er janvier 2018, je suis toujours la même bonne vieille Cindy. Bref.

Et si 2018 tournait plus autour de moi ? Et si j’étais un peu plus égoïste et qu’avant d’aimer le monde entier j’aimais ma vie un peu plus ? Il ne s’agit pas de ne penser qu’à moi mais plutôt de ne pas trop m’oublier dans ce grand tourbillon qu’est la vie.

Me remettre au yoga et méditer :

Je m’étais mise au yoga il y a quelque temps de ça et ça me faisait un bien fou, autant mentalement que physiquement, Puis j’ai arrêté petit à petit… Mon corps me le réclame, et ne parlons pas de ma tête. Donc je vais m’y remettre, lentement mais sûrement, sans me faire violence et sans culpabiliser.

2

Oui, on peut aussi méditer avec un thé et une mince pie.

Etre plus créative :

Ma créativité vient par vague, et si quand j’étais plus jeune je dessinais et peignais sans cesse, il n’en est presque plus rien aujourd’hui. Il y a deux semaines de ça alors que j’étais très malade, j’ai comaté près de 7h devant des vidéos Youtube de DIY… et ça m’a donné envie de m’y remettre. J’y vais doucement, quand j’en ai envie, et ça me déstresse tout en donnant un résultat plutôt cool.

1

Je gribouille.

Reprendre l’italien :

J’ai appris l’italien pendant 6 ans et ce n’est pas pour me vanter mais j’étais plutôt bonne. Au bac et au BTS. j’ai eu 17 à l’oral (clap, clap, clap, merci, merci…). C’est une langue que je trouve facile, vivante et belle et ce serait dommage de l’oublier complètement. Je pourrais peut-être me vanter d’être trilingue un jour. Et puis ça devrait m’aider là où je compte aller en vacances cette année…

4

Mi piace il mare.

Apprendre quelque chose de nouveau :

Apprendre à coudre à la machine, faire de l’aquarelle, m’intéresser à une époque que je ne connais pas du tout, apprendre quelques phrases en allemande et suédois, faire de la poterie… Ma soif de connaissance est infinie.

5

Je sais déja faire du vélo, je ne sais pas pourquoi j’ai choisi cette image…

Ecrire davantage sur ce blog :

Mon plus gros challenge car je vous l’avoue, je manque parfois d’imagination… Je vais essayer de me tenir à un article par semaine. Merci de ton soutien, lecteur adoré.

3

Le plus important, c’est « Freedom ».

Et pour vous, 2018 est synonyme de quoi ?