[Music/Life] Dire merci à The Maccabees / Saying thank you to The Maccabees

Je ne me rapelle même plus comment j’ai connu The Maccabees… Une playlist Spotify ? Un clip sur MTV ? Une recommendation d’ami ? C’était quelque part entre 2009 et 2010, peut-être même avant, j’étais toute jeune, c’était il y a une éternité. 

Leur musique m’a accompagné dans tous les moments importants de ma vie, elle a grandi avec moi, elle a évolué, elle était toujours là, dans un petit endroit de ma mémoire et une grande place dans mon coeur. 

I don’t even remember how I first heard about The Maccabees… Was it on a Spotify playlist? A music video on MTV? A friend’s recommendation? It was somewhere between 2009 and 2010, maybe even before, I was young, it was ages ago. Their music accompanied me in all the important moments of my life, it grew up with my, it evolved, it was always there, somewhere in my brain and in my heart. 

a41d6b4472ace8a4b85ce60e9366022a

Alors en août dernier quand j’ai appris que le groupe se séparait, une part de moi s’est fissurée. Je n’avais même pas eu l’occasion d’aller les voir en concert. Comprenez, pour moi, ils étaient devenus aussi importants que The Clash ou Queen, mes groupes préférés. Les voir en live était même en pole position dans ma bucket list… 

Par la suite, j’ai entendu dire qu’ils feraient une tournée d’adieu en Grande-Bretagne et guess what ? J’avais déjà quitté Londres. Autant dire que je m’étais résignée à ne plus les voir que sur Youtube… Quelques mois plus tard, quand j’ai eu le courage d’acheter mon billet pour Glasgow pour ma nouvelle aventure écossaise, leur tournée m’est revenue en mémoire. J’ai vérifié les dates, sans grand espoir… The Maccabees jouera l’O2 Academy de Glasgow le 23 juin, soit 2 mois après mon arrivée, ohmondieu, ohmondieu ! Je ne crois pas au destin mais ce devait être un signe du destin, c’est tout.

So last August when I heard about their disbanding, my heart cracked a bit. I didn’t even have the opportunity to see them live. For me, they had become as important as The Clash or Queen, my favourite bands. Seeing them was on my bucket list… Then I heard they would do a farewell in UK but, guess what? I had left London by then… I was getting ready to only see them on Youtube. Tragic. When I decided to move to Glasgow, the first thing I checked after buying my plane ticket was their concert dates… and here they were, playing the O2 Academy in Glasgow, two months after my arrival, oh gosh… I don’t believe in fate but that was meant to be, that’s it.

19424517_1318780681576940_8809514414510966934_n

 

Et me voilà 2 mois plus tard, en face de la scène où The Maccabees joue. Je suis en train de réaliser un de mes rêves. Je vois et j’entends en live un de mes groupes préférés… Comme Orlando, Felix, Hugo, Rupert et Sam sur scène, je souris à n’en plus pouvoir. Ils commencent avec « Wall of Arms« , MA chanson. Puis elles s’enchaînent toutes à un rythme étourdissant, il n’y a presque pas de pause. Leur énergie est à son maximum, leur joie d’être là est visible, je ne suis qu’amour, « Something like happiness« , oui. 

And here I am two months later, in front of the stage where The Maccabees are actually playing. I can see and listen one of my favourite bands for real… Just like Orlando, Felix, Hugo, Rupert and Sam, I smile like crazy. They start with « Wall of Arms« , MY song. The rhythm is dizzying, the energy at its maximum, no break or so, just music, music, music all the times and it feels awesome. They seem so happy to be here and so am I, it’s « Something like Happiness », yes. 

IMG_2248

La set list m’a gentiment été donnée par un vigile à la fin du concert, sans que je demande quoi que ce soit 🙂 / The set list was nicely given to me by a bouncer and I didn’t even ask for it 🙂

Je ne suis pas douée en description alors quand on me demande ce que j’aime dans ce groupe, j’ai du mal à exprimer mes sentiments… Imagine une voix chaude et enveloppante, qui te transporte, te transperce, te fait ressentir toutes les émotions possibles et imaginables. Ajoute à ça une musique à la fois douce et violente, simple et compliquée. Mélange le tout avec des paroles qui ont du sens, qui ont l’air d’avoir été écrites pour toi ou par toi, avec des sentiments que tu ressens ou que tu as ressenti, des paroles belles comme de la poésie. Fini avec un charisme de fou. Voilà, tu as The Maccabees.

I’m not good at describing so when I’m asked what I love about this band, I feel hard to fully express my feelings… Just imagine a warm and comforting voice, carrying you, going through you, making you feel all the feelings of the world. Add a music being both soft and violent, simple and complicated. Mix with meaningful lyrics, looking like they’ve been written by you or for you, with feelings you’ve already experienced, lyrics as beautiful as poems. End with charisma. A lot. Here, you have The Maccabees.

 

Une heure et demi plus tard, je suis rincée, physiquement et émotionnellement. C’est pas tous les jours qu’on peut rayer quelque chose de sa bucket list… Avec cet article, je voulais juste leur dire merci. Merci pour cette soirée exceptionnelle. Merci d’avoir existé toutes ces années. Merci d’avoir été là pour moi. Merci pour toutes ces belles émotions. A bientôt. On ne se dit pas adieu, jamais…

An hour and a half later, I’m drenched, both physically and emotionally. It’s not everyday you can remove something from your bucket list… With this article, I just wanted to say thank you to them. Thank you for this incredible night. Thank you for existing. Thank you for having been there all these years for me. Than you for all these beautiful emotions. See you soon. I won’t say goodbye…

IMG_2250 (2)

[Music] Le Punk fête ses 40 ans / Punk’s 40th anniversary  

2016 voit le 40ème anniversaire du plus controversé des courants musicaux et culturels : le Punk.

Mais qu’est-ce que le Punk ? D’où vient-il ? Que nous veut-il ? Avant de vous expliquer ce que c’est, je vais vous dire ce que ce n’est pas. Le Punk, ce n’est pas porter une crête verte de 3km de long. Ce n’est pas non plus avoir une épingle à nourrice dans le nez et un pantalon bondage. Ce n’est pas crier  »Anarchie ! » sans savoir ce que c’est ni penser que Sum 41 fait partie du mouvement. Le Punk n’est pas un cliché. La seule règle du Punk, c’est qu’il n’y a pas de règle.

2016 sees the 40th anniversary of the most controversial movement : Punk. But what is punk? Where does it come from? Before explaining what it is, I’ll tell you what it’s not. Punk is not about having a huge green mohawk, a safety pin in the nose or bondage trousers. It’s not about screaming  »Anarchy » without knowing what it is and thinking Sum 41 is part of the movement. Punk is not a cliché. The only rule is that there’s no rule.

8bf2a-the-bromley-contingent
Tout a commencé au début des années 70 en Angleterre. La jeunesse s’emmerde, le chômage est au plus haut, la musique est lourde et pompeuse, les hippies ne sont plus qu’une farce… Les Sex Pistols, fans du rock enfiévré des américains Ramones, Iggy Pop & the Stooges, MC5 ou encore Richard Hell, se forment en 1975. Les quatre gosses ne se connaissent pas, ne savent pas vraiment jouer d’un instrument ni chanter mais l’envie de changement est trop grande. Avec l’aide de Malcolm MacLaren, leur manager, et celle de Vivienne Westwood (oui), ils montent sur scène. Bruit, fureur, rock crasseux, vêtements scandaleux, chaos. Le public n’en revient pas. Et les Sex Pistols ne s’arrêtent pas là. Ils veulent montrer qu’ils existent et qu’ils se moquent bien de ce qu’on peut penser d’eux. Leur liberté d’expression, notamment à la télévision (avec Bill Grundy, voir la vidéo ci-dessous), va leur attirer les foudres du monde entier et les empêcher de donner la plupart de leurs concerts.

It all started at the beginning of the 70s in England. Young people are bored, unemployment is high, music is heavy and pompous, hippies are now a scam… The Sex Pistols, big fans of the Ramones, Iggy Pop, Richard Hell, MC5 and their feverish rock, are formed in 1975. The four boys don’t know each other, don’t know how to play an instrument or sing but they want to change and do something. With Malcolm MacLaren and Vivienne Westwood’s help, they come on stage. Noise, fury, filthy rock’n’roll, scandale, chaos. The audience is baffled. And the kids don’t stop there, they want the world to see they exist and that they don’t care about what they think. Their freedom of speech (like with Bill Grundy on TV) is going to settle their bad reputation and stop them from going on stage.

2b1bb-punk
Mais cette rebellion va plaire à des centaines puis des milliers de jeunes. Dans leur sillage,  The Clash, The Damned, The Buzzcocks, X-Ray Spex, The Slits, Joy Division…  se forment. Les sons sont hasardeux, certaines voix trébuchantes mais la passion est là et au final, c’est ça l’esprit punk. Les thèmes abordés dans leurs compositions sont l’amour toujours mais avec une note plus crue ou potache, politiques aussi, l’ennui du quotidien, l’égalité des sexes…

But a lot of young people like this spirit of rebellion. After them, The Clash, The Damned, The Buzzcocks, X-Ray Spex, The Slits, Joy Division… are formed. Sounds are hazardous, some voices are stumbling but passion is always there and that’s punk. In their songs, they talk about love but with a risky feeling, politics, boredom, sex equality…

54314-theclash
8b1c5-theslits

Il ne faut pas oublier que le punk est aussi un mouvement culturel. Avec l’arrivée incessante de nouveaux groupes, des fanzines se sont créés. Sniffin’ Glue, Sideburns, London’s Outrage… Les fans de musique punk prennent leur appareil photo, leur machine à écrire et leur imagination pour parler de ce qu’ils voient, ce qu’ils aiment, ce qu’ils veulent. Leurs camarades un peu plus fortunés vont, eux, monter des labels indépendants ou des bars/salles de concert pour accueillir le mouvement.

Let’s not forget that punk is also a cultural movement. With lots of new bands coming, fanzines are created. Sniffin’ Glue, Sideburns, London’s Outrage… Fans take their camera, typewriter and imagination to talk about what they like, what they see, what they want. Richer fellows create independant labels or bars/venues to host the movement. 

9c542-sniffinglue

5ed9a-queen1
L’esthétique punk est  aussi outrancière que le reste. La mode va utiliser des couleurs et des matériaux différents, loin de l’image boule à facettes du disco ambiant. Les vêtements sont près du corps, entailladés, peinturlurés. On utilise du tartan (le tissu écossais), des zips, du cuir, des épingles à nourrice. On met très en avant le DIY (Do It Yourself / fais-le toi-même) tandis que Vivienne Westwood va continuer à créer des designs qui vont choquer ses contemporains…

Punk aesthetic is as outrageous as the rest. Fashion uses different colours and fabrics, far from the disco and its glitterball. Clothes are fitted, lacerated, full of paint and slogan. Tartan, zips, leather, safety pins are also used whilst people are all about the famous DIY (Do It Yourself) because it’s cheap and because it’s unique. Meanwhile, Vivienne Westwood is still creating designs shoking her contemporaries…

02965-06d882fbdb04c900de60b805cf59bf6a
Alors pourquoi le punk est-il mort ? Est-ce l’arrivée des drogues dures ? Les groupes qui signent avec des grosses maisons de disque ? L’effet de mode ? Le punk, comme tout bon mouvement qui se respecte, va simplement être victime de son succès et s’éteindre peu à peu.

So why is punk dead? Is it because of drugs? Bands signing with majors? The trend? Punk, as every good movement, is going to be victim of its success and die slowly. 

Punk is dead? Vive le punk!